Infos toxiques sur la pêche et les océans – Le choc des chiffres et le poids des mots

Article d’Alain Le Sann, paru sur le Bulletin Pêche et Développement n°160 – janvier 2019

Lorsqu’approche une grande date de rencontre internationale concernant la pêche et les océans, il faut s’attendre à la publication d’un rapport d’une ONGE ou l’autre, fondé en théorie sur des données scientifiques, dans le but de susciter dans le grand public le sentiment d’une urgence absolue pour des mesures drastiques de limitation de l’impact de la pêche ; la pêche étant considérée comme l’activité humaine ayant le plus d’impacts sur les océans. Les diffuseurs de ces rapports espèrent ainsi peser sur les décideurs pour prendre des mesures radicales afin de limiter la pêche. Ces alertes sont parfois justifiées et fondées sur des données sérieuses, comme on l’a vu pour le thon rouge, mais c’est loin d’être toujours le cas. Il suffit pour cela de reprendre quelques déclarations récentes pour voir que les données chiffrées ont souvent peu à voir avec des analyses scientifiques sérieuses, et quand ces données sont sérieuses, elles sont présentées de manière à susciter un sentiment de catastrophe nécessitant des mesures d’urgence absolue.

Le WWF et Isabelle Autissier : de l’à peu près aux chiffres fantaisistes

Continuer la lecture

Publié dans Collectif Pêche et Développement, Dans la presse, Environnement, Gestion des pêches | Laisser un commentaire

Spiruline, l’aliment de demain !

Sans titre 1Revue de l’Encre de mer n°30-32 2011.

« Il y a 10 ans, Claude Villars est venu au centre avec de la spiruline en nous disant : « Ça, c’est l’aliment de demain ». Il avait une telle énergie et une telle compétence… J’ai coordonné la première expérimentation sous serre. Notre objectif était de produire cette cyanobactérie sans chauffage pour limiter les coûts de production, et d’étudier l’intérêt qu’elle avait au niveau agronomique et alimentaire pour aider les pays du sud. Nous avons travaillé sur les techniques culturales, les intrants et, au cours des années, nous sommes même arrivés à allonger la période de production. Il semblerait que l’écotype avec lequel nous travaillons se soit adapté à notre climat plus tempéré. Continuer la lecture

Publié dans Autres Métiers, Elevages marins, Environnement, Flore, L'encre de mer, Tous les numéros publiés | Laisser un commentaire

La flore méditerranéenne et ses cueilleurs, revue n°42 de l’Encre de mer

Cueilleurs dans les années soixante-dix, ils ont réinvestis les massifs désertés par l’exode rural, ils ont appris des anciens paysans et des scientifiques, se sont organisés en coopératives et syndicat, élaborant des chartes exigeantes pour faire de la qualité sans avoir trop d’impact sur leur environnement, et pour partager équitablement les revenus de la cueillette. Confrontés à Tchernobyl, ils ont encore participé à  la création du CRIIRAD… Grâce à leur passage, nombre de jeunes cueilleurs s’installent aujourd’hui ! Lisez cette revue de l’Encre de mer réalisée avec l’appui de l’Alliance Slow Food des Cuisiniers…

page 1 Continuer la lecture

Publié dans Biodiversité, Environnement, Flore, L'encre de mer, Recettes, Slow Food | Laisser un commentaire

Il est fini le temps des marins abandonnés !

bateaux abandonnés« Voici une nouvelle maritime que je souhaite grande : il est fini, le temps des marins abandonnés. Vous avez certainement entendu parler de ces histoires. Les journaux ont relayé ces informations de marins abandonnés par des armateurs ruinés ou peu scrupuleux (souvent les deux à la fois), sans salaire, sans nourriture, loin de chez eux, à la merci, alors, de charitables organisations – les foyers des marins – qui prenaient soin d’eux pendant des mois. Donc ce temps est révolu. Un « compte » de fées ? Que nenni ! Le travail acharné de fonctionnaires, de techniciens, de marins et de leurs représentants, qui ont réussi à faire adopter au sein de l’Organisation Internationale du Travail une convention collective (la MLC 2006 pour les initiés) qui s’applique à tous les marins de la marine marchande dans le monde depuis août 2013. Un amendement à cette convention stipule que les armateurs doivent être munis d’une assurance en cas de déficience, c’est-à-dire d’abandon, de leur part. Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Autres Métiers | Laisser un commentaire

Festival Pêcheurs du monde 2019

festival pêcheurs du monde 1 festival pêcheurs du monde 2

Publié dans Festival "Pêcheurs du monde", Film-débat | Laisser un commentaire

Le thym commun de nos collines, revue n° 41 de l’Encre de mer

L’Encre de mer reprend la parution d’une revue, avec des témoignages de gens de métier et de scientifiques, de la peinture, de la cuisine, des photos, de la poésie…

Voir aussi en complément : Le thym, indicateur du changement climatique

Revue 41 1ère page

Continuer la lecture

Publié dans L'encre de mer, Tous les numéros publiés | Laisser un commentaire

Le thym, indicateur du changement climatique

P1320041En Méditerranée, le phénomène mondial est, pour le moment, peu palpable. Mais des signes apparaissent. Les pêcheurs prennent de plus en plus d’espèces venant des eaux chaudes et le nombre de jours avec des régimes de vent fort est en hausse. Sur terre, on a l’impression que des fruits mûrissent plus tôt qu’avant ou que telle plante n’a pas gelé depuis quelques années. Des observatoires participatifs ont même été mis en place. (http://www.obs-saisons.fr/).

Une étude scientifique a été réalisée par des chercheurs de Montpellier sur les populations de thym. Pourquoi le thym ? Notre thym commun (Thymus vulgaris) est plus complexe qu’il n’y paraît. Il en existe, dans le sud de la France, 6 sortes ou 6 « chémotypes » qui diffèrent par la composition des substances aromatiques fabriquées. Ces chémotypes peuvent être regroupés en deux familles : les phénoliques et les non-phénoliques (selon qu’ils fabriquent des phénols ou non !). Continuer la lecture

Publié dans Environnement, Evolution climatique, Flore | Un commentaire

A la découverte du lierre !

La hulotteIl y a les passionnés des plantes, c’est une affaire entendue, et puis il y a ceux qui ont l’art de donner du sens à ce qui nous entoure. Quoi de plus commun que le lierre qui envahit les vieux jardins, qui court le long des murs et autour des troncs des grands arbres. Quoi de plus banal que ces feuilles vert-foncé le long des voie ferrés, dans les forêts, les villes et les parcs ? Et pourtant, c’est une histoire étonnante que la vie de cette plante racontée par l’auteur de la Hulotte.

Loin d’être nocive pour les arbres, elle en favorise la croissance. Elle protège aussi les murs et les façades à moins que les édifices ne soient déjà sérieusement fissurés. Dans ce cas seulement, l’association des deux n’est pas recommandée. On lui compte pas moins de 3 vies qui peuvent s’écouler sur plusieurs centaines d’années, si on ne le coupe pas avant. D’abord rampant, puis grimpant, avant de fabriquer de véritables petites branches qui s’orneront de bouquets de fleurs à l’automne, juste au moment où la plupart des plantes sauvages sont déjà fanées. Les insectes dont les mouches, les guêpes, les bourdons, les papillons et les abeilles, et même une abeille sauvage qui lui est dédiée, l’abeille du lierre, ne se privent pas de ce pollen et de ce nectar qui arrivent à point nommé.  A vrai dire, plus de 200 espèces viennent ici se rassasier ! A la fin de l’hiver, ce sont ces fruits qui nourriront les oiseaux qu’elle loge derrière son feuillage épais.

Sans titre 1

Le lierre du portail, couvert de fruits qui attendent le printemps pour mûrir…

Bref, je vous laisse découvrir tout cela dans les 2 dernières numéros de La Hulotte. Pour ma part, je guette maintenant, avec plaisir et amusement, cette incroyable plante qui se niche un peu partout et qui rend dans l’ombre de son feuillage tant de services à ceux qui l’entourent !

https://www.lahulotte.fr/

Publié dans Environnement, Faune | Laisser un commentaire

Bientôt sur le site, le nouveau bulletin de l’Encre de mer !

première page siteL’équipe de l’Encre de mer reprend la parution d’un bulletin, en partenariat avec l’Alliance Slow-Food des cuisiniers, le convivium Slow Food Méditerranée, Planctons et Innovations et l’UCPPM, l’Union des Communautés de Prud’hommes Pêcheurs de Méditerranée. Notre objectif : mieux connaître les produits, les façons de produire et de transformer, et plus généralement les terroirs, les milieux naturels dans lesquels nous vivons.

Le premier bulletin est consacré au « Thym commun de nos collines », une plante en apparence banale mais qui ouvre, au travers de « chémotypes » un panel d’arômes et de saveurs qui sont autant de moyens d’adaptation au climat et à la nature du sol. A cela s’ajoutent les moyens chimiques de la plante pour attirer les pollinisateurs, repousser les ennemis ou les concurrents… un univers que nous méconnaissons souvent quand nous allons cueillir nos brins dans la colline.

Le numéro suivant est consacré à « La garrigue et ses cueilleurs » et l’histoire récente de cette génération qui a réinvesti les massifs quand l’exode rural tendait à les vider, et qui a cherché à vivre en cohérence avec la nature, traçant une voie pour la génération suivante.

———————————————————————————————————

Infos pratiques : Vous pouvez vous abonner pour 6 numéros en nous adressant un chèque de 12 euros (dont 6 euros pour les frais d’envois en France). Vous pouvez soutenir notre action en versant un peu plus, notre association ne bénéficiant plus de subventions. Vous pouvez aussi patienter ! Les contenus seront bientôt en ligne sur ce site, avec même des articles complémentaires.

(Chèque libellé à l’Encre de mer et à adresser à : L’Encre de mer, 269 Montée Sœur Vincent, 83110 Sanary)
Publié dans Communication, Tous les numéros publiés | Laisser un commentaire

Vivre « en commun » dans un avion : récit d’un voyage peu commun

20180831_121056_resizedSur le chemin du retour de Ténérife, l’avion dans lequel je suis commence à rouler pour gagner la piste de décollage. Plongée dans mon livre, je n’y prête guère attention jusqu’à ce que j’entende ma voisine dire : « Il retourne à la base ». Effectivement, l’avion revient à son point de départ et je vois un passager, debout dans l’allée, qui parle nerveusement aux voisins alentour. Le steward fait une annonce, disant qu’il y a un problème et que nous allons être renseignés. Puis, il demande au passager de s’assoir et annonce finalement à la radio que ce passager a un comportement inacceptable et qu’il va descendre. Petit flottement parmi les voyageurs…

Continuer la lecture

Publié dans Communication | Laisser un commentaire