Actualités du Collectif Pêche et Développement

Du 4 – 8 août 2008

- France-Lorient : Keroman - Port ouvert - France : 46 navires de plus à la casse - République Démocratique du Congo : Les pêcheurs de la côte de Muanda acculent la société pétrolière Perenco - Mozambique : La pêche au bord de la faillite - USA : Baisse drastique des jours de mer prévue - Pérou-Chine : Les entreprises de pêche chinoises cherchent à développer leur flotte au Pérou - Les pêcheurs pakistanais subissent d'énormes pertes

France-Lorient : Keroman – Port ouvert

Le 27 septembre 2008 aura lieu la seconde édition de « Keroman-Port Ouvert ». Visite de navires de pêche, de magasin de marée et du port, expositions, animations, cotriade.

Source : Bulletin d’information du Comité local des pêches de Lorient-Etel
Juin 2008

France : 46 navires de plus à la casse

Une nouvelle liste de 46 navires destinés au plan de sortie de flotte vient d’être publiée : 16 en raison du plan cabillaud, 3 pour l’anchois, 11 pour la sole, 7 pour l’anguille-civelle et, en Méditerranée, 2 pour le merlu et 7 pour la suppression de la thonaille. Avec les deux séries annoncées au printemps, cela fait, en tout, 179 bateaux à casser dans les prochains mois.

Source : Ouest-France, 12-13 juillet 2008

République Démocratique du Congo : Les pêcheurs de la côte de Muanda acculent la société pétrolière Perenco

Du 16 au 17 juillet 2008, les pêcheurs de Moanda (RDC) sont entrés en colère contre la société pétrolière PERENCO, une société française. Les pêcheurs ont pris en otage une jeep de cette société avec ses occupants (agents de Perenco) et ont ensuite envahi plate-formes et bateaux, paralysant ainsi les activités de la société pendant 2 jours. Les raisons de cette colère sont le refus de Perenco de réaliser ses promesses d’électrifier et de ravitailler en eau potable le village des pêcheurs, d’engager dans ses services les habitants des villages de pêcheurs, la destruction des filets des pêcheurs par Perenco lors de ses activités de forage off shore, et la pollution des eaux. Grâce à la médiation du Chef de territoire (Maire de la ville) et d’un Général de l’armée, un accord a été trouvé : Perenco accepte de réaliser ses promesses et a dédommagé les pêcheurs moyennant 7 000 US $.

Source : Joseph Mavinga Ngembo,
19 juillet 2008

Mozambique : La pêche au bord de la faillite

La pêche au Mozambique est au bord de la faillite à cause des incessantes hausses du carburant. Le Directeur national de l’administration des pêches vient de déclarer que 51 bateaux sur les 59 enregistrés ne partent plus en pêche car ils n’ont plus les moyens de payer le gasoil. La pêche artisanale assure les revenus de 100 000 familles et apporte de la nourriture à une grande partie des 20 millions d’habitants du pays. La production des produits de la mer a été affectée par l’augmentation de la pêche illégale. Un bateau, enregistré en Namibie a récemment été arraisonné au large des côtes du Zambèze avec à son bord 43 tonnes de requin, 4 tonnes d’ailerons, 1,8 tonnes de queues, 11,3 tonnes de foie et 20 tonnes d’huile.

Source : Charles Mangwiro,
Traduit de Samudra Alert News, 4 août 2008
Reuters

USA : Baisse drastique des jours de mer prévue

Les Etats-Unis veulent-ils garder leur secteur pêche ? C’est la question que se posent les pêcheurs de la côte Est au vu de la politique gouvernementale. Parmi les sentiments les mieux partagés par tous les métiers, de la pêche aux espèces de grands fonds à la pêche à la coquille St Jacques, sont le manque total de confiance dans les services publics de recherche sur la ressource et la sensation d’être « la dernière roue de la charette ». Ce point de vue est particulièrement répandu dans la pêcherie d’espèces de grands fonds de la Nouvelle Angleterre. Les jours de mer ont été progressivement réduits ces dernières années, de plus en plus de réserves marines ont été mises en place, ainsi que des règles de plus en plus restrictives sur les filets et autres engins de pêche. La profession a été prévenue que de nouvelles réductions de jours de mer sont à venir.

Source : Tom Seaman,
Fishing News International, août 2008

Pérou-Chine : Les entreprises de pêche chinoises cherchent à développer leur flotte au Pérou

Un groupe de pêche chinois vient d’acheter la compagnie de pêche péruvienne Pesquera Mistral S.A.C. afin d’augmenter sa flotte au Pérou de 37 bateaux. Cette transaction s’est effectuée au moment où le gouvernement péruvien vient d’approuver le passage aux quotas individuels transférables pour la flotte de senneurs qui pêche l’anchois en vue de fabriquer des farines de poisson. La stratégie de la compagnie au Pérou a toujours été d’acquérir des bateaux pour accroître sa capacité de pêche dans les eaux de ce pays.

Source : Fishing News International, août 2008


Les pêcheurs pakistanais subissent d’énormes pertes

Les pêcheurs pakistanais se plaignent de subir de fortes pertes à cause des prix très bas pratiqués à l’exportation. Le coût du gasoil est de ce fait supérieur aux bénéfices. Aussi, un grand nombre de bateaux reste à quai. Habituellement, dès l’ouverture de la saison de pêche, 500 à 600 bateaux sortent chaque jour en mer. Actuellement, seuls 30 à 40 bateaux partent en pêche. Les exportateurs expliquent que les prix sur le marché des crevettes se sont effondrés à la suite de l’interdiction d’exportation des produits pakistanais sur le marché européen.

Source : Associated Press of Pakistan
Traduit de Samudra Alert News, 7 août 2008
The Post

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Collectif Pêche et Développement. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>