Actu-Environnement - 20/12/2009

Copenhague : l’échec d’une pensée

(...) Il n'y a pas d'accord de Copenhague, seulement une déclaration politique indigente de quelques dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement, sans objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, sans force juridique, sans solidité financière... J'invite chacun à lire cet « accord de Copenhague » afin d'en déceler, à chaque ligne et dans son ensemble, les marques de l'aveuglement à la catastrophe, du nationaliste économique et énergétique, de la croyance désuète au « développement », fut-il « durable »... Le vocabulaire du « développement », souvent équivalent à celui de la « croissance », est omniprésent dans tous les textes onusiens, notamment dans la Convention sur le Changement climatique et dans le Protocole de Kyoto. Il est la base de la partition de l'ensemble des pays en deux groupes : les « développés » et les « en développement ». Fondée sur le PIB par habitant, cette partition renvoie à une vision purement économique du bonheur des populations et de la santé des écosystèmes qui les soutiennent... Bien sûr, ce classement ne tient aucun compte de l'état de l'environnement naturel du territoire de chaque pays, ni des prédations d'énergies, de matières ou de produits que les plus « riches » effectuent au détriment des plus « pauvres ». Ces derniers n'ont donc qu'une seule image de l'avenir : rattraper le niveau de « développement » des premiers dans une course perdue d'avance. A entendre les délégués à Copenhague des pays africains, asiatiques ou sud-américains, leur obsession unique est de se doter eux-aussi des grattes-ciel, des routes et aéroports, des voitures, téléphones mobiles et autres exhibitions matérielles qui attestent de leur « développement ». Suggérer que 80% de ces « richesses » proviennent du sous-sol à partir de matières premières non-renouvelables, que les réserves de certaines de ces matières premières commencent à s'épuiser, et que, par conséquent, c'est plutôt aux pays « développés » de réduire leur consommation desdites matières afin de partager équitablement et sobrement ce qu'il en reste, dans une décroissance de leur empreinte écologique, et afin d'imaginer un autre modèle de prospérité fondée sur une économie de flux et non de stocks comme aujourd'hui... L'immense majorité des dirigeants, au Nord comme au Sud, croient encore que l'on peut multiplier sans limite les productions et consommations matérielles, alors que l'évidence géologique de la finitude du monde terrestre montre que cette croyance est un fantasme irréalisable et, hélas, une origine banale des guerres passées et futures. Copenhague est d'abord l'échec de cette pensée productiviste du « toujours plus » pour les riches qui ne veulent pas baisser leur « niveau de vie » et pour les pauvres qui espèrent vainement rattraper le niveau de vie des riches. Une seconde thèse peut aussi nous aider à comprendre l'échec de Copenhague, au-delà des explications plus ou moins justes de la défense des intérêts nationaux (Obama, par exemple, pouvait-il oublier la pression de ses lobbies automobiles, charbonniers et pétroliers, ainsi que ses fragiles projets de loi sur la santé et sur l'énergie). Lorsqu'autant de leaders mondiaux se réunissent, il s'agit de ne pas perdre la face. L'affichage public d'un engagement écologique considéré comme excessif par les autres ruinerait votre image.... Ainsi, la posture européenne décrite dans le « paquet énergie-climat » de décembre 2008 était-elle : nous sommes prêts à réduire de 30% nos émissions à l'horizon 2020 (par rapport à 1990) à condition que les autres fassent un effort de réduction comparable. Sinon, nous ne ferons que -20%. ... L'atmosphère n'a pas cette subtilité. Elle se moque bien des échanges d'opinions et des promotions d'images de soi. Elle enregistre sans émotion les concentrations de gaz à effet de serre qui perturbent sa composition. Elle ne négocie pas.

Ce texte est émaillé de phrases d’autant plus grandiloquentes qu’elles sont moins contraignantes, alors qu’il fallait des objectifs datés et chiffrés, des trajectoires décrites jusqu’en 2020, 2030 et 2050, et un régime de respect des obligations et de sanctions en cas de défaillance. La rédaction du paragraphe 2 de ce texte constitue un exemple de phraséologie sans ambition ni engagement : « Nous devrions coopérer pour atteindre le pic des émissions nationales et globales le plus vite possible, en reconnaissant que le passage du pic sera plus éloigné dans les pays en développement et en gardant à l’esprit que le développement social et économique et l’éradication de la pauvreté sont les premières priorités des pays en développement et qu’une stratégie de développement peu émettrice est indispensable au développement durable ». Tandis que les documents et les paroles des experts du Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) ne cessent d’affirmer que le pic puis le déclin des émissions mondiales doivent advenir entre 2013 et 2017, nos dirigeants mondiaux écrivent « le plus vite possible », c’est-à-dire « nous verons plus tard ». De même, le segment de phrase qui contenait une référence explicite à une division par deux des émissions globales en 2050 par rapport à leur niveau de 1990, ce segment a disparu du texte final. Comme le disait le président Obama dans sa conférence de presse, vendredi 18 décembre, vers 23h00 : « Cet accord n’est pas juridiquement contraignant, et chacun fera chez soi les efforts nécessaires ». On ne saurait être plus franc sur la fin du Protocole de Kyoto et de tout engagement collectif, sur le mépris de l’ONU et du multilatéralisme, sur l’indifférence aux alertes des scientifiques. J’invite chacun à lire cet « accord de Copenhague » afin d’en déceler, à chaque ligne et dans son ensemble, les marques de l’aveuglement à la catastrophe, du nationaliste économique et énergétique, de la croyance désuète au « développement », fut-il « durable ».

Le vocabulaire du « développement », souvent équivalent à celui de la « croissance », est omniprésent dans tous les textes onusiens, notamment dans la Convention sur le Changement climatique et dans le Protocole de Kyoto. Il est la base de la partition de l’ensemble des pays en deux groupes : les « développés » et les « en développement ». Fondée sur le PIB par habitant, cette partition renvoie à une vision purement économique du bonheur des populations et de la santé des écosystèmes qui les soutiennent. On imagine ainsi un hit-parade des pays en ordre décroissant du PIB par habitant : les plus « riches » en tête, puis les « grands émergents », jusqu’aux « pays les moins avancés » (PMA). Bien sûr, ce classement ne tient aucun compte de l’état de l’environnement naturel du territoire de chaque pays, ni des prédations d’énergies, de matières ou de produits que les plus « riches » effectuent au détriment des plus « pauvres ». Ces derniers n’ont donc qu’une seule image de l’avenir : rattraper le niveau de « développement » des premiers dans une course perdue d’avance. A entendre les délégués à Copenhague des pays africains, asiatiques ou sud-américains, leur obsession unique est de se doter eux-aussi des grattes-ciel, des routes et aéroports, des voitures, téléphones mobiles et autres exhibitions matérielles qui attestent de leur « développement ». Suggérer que 80% de ces « richesses » proviennent du sous-sol à partir de matières premières non-renouvelables, que les réserves de certaines de ces matières premières commencent à s’épuiser, et que, par conséquent, c’est plutôt aux pays « développés » de réduire leur consommation desdites matières afin de partager équitablement et sobrement ce qu’il en reste, dans une décroissance de leur empreinte écologique, et afin d’imaginer un autre modèle de prospérité fondée sur une économie de flux et non de stocks comme aujourd’hui, et vous passez instantanément pour un écolo régressif genre retour à la bougie ou aux cavernes.
L’immense majorité des dirigeants, au Nord comme au Sud, croient encore que l’on peut multiplier sans limite les productions et consommations matérielles, alors que l’évidence géologique de la finitude du monde terrestre montre que cette croyance est un fantasme irréalisable et, hélas, une origine banale des guerres passées et futures. Copenhague est d’abord l’échec de cette pensée productiviste du « toujours plus » pour les riches qui ne veulent pas baisser leur « niveau de vie » et pour les pauvres qui espèrent vainement rattraper le niveau de vie des riches.

Une seconde thèse peut aussi nous aider à comprendre l’échec de Copenhague, au-delà des explications plus ou moins justes de la défense des intérêts nationaux (Obama, par exemple, pouvait-il oublier la pression de ses lobbies automobiles, charbonniers et pétroliers, ainsi que ses fragiles projets de loi sur la santé et sur l’énergie). Lorsqu’autant de leaders mondiaux se réunissent, il s’agit de ne pas perdre la face. L’affichage public d’un engagement écologique considéré comme excessif par les autres ruinerait votre image. Peu importe de savoir si cet engagement est exactement fidèle aux constats et conseils du GIEC qui nous décrit l’urgence et l’importance de la catastrophe climatique, ce qui compte alors est moins la vérité scientifique à laquelle on croit peut-être en son for intérieur que l’opinion des autres sur les propositions que vous formulerez. Ainsi, la posture européenne décrite dans le « paquet énergie-climat » de décembre 2008 était-elle : nous sommes prêts à réduire de 30% nos émissions à l’horizon 2020 (par rapport à 1990) à condition que les autres fassent un effort de réduction comparable. Sinon, nous ne ferons que -20%. Cette posture en miroir, si elle n’est pas comprise de tous, implique une évolution par le bas des engagements de chacun. Elle se retrouve dans de nombreuses situations sociales, dont on comprends alors pourquoi elles évoluent si lentement dans des régimes où l’opinion des uns dépend de l’opinion des autres. L’atmosphère n’a pas cette subtilité. Elle se moque bien des échanges d’opinions et des promotions d’images de soi. Elle enregistre sans émotion les concentrations de gaz à effet de serre qui perturbent sa composition. Elle ne négocie pas.

Yves COCHET

Mathématicien, ancien Ministre de l’Environnement, Député de la 11e circonscription de Paris.

Cette entrée a été publiée dans Evolution climatique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>