thon rouge : gestion injuste et préjudiciable à l’environnement

Bateau italien équipé de filet dérivant pour les thons

Tu vois comme on est bien géré de Bruxelles ? Le quota de 49,5 t de thons pour les 61 petits bateaux* que nous sommes est déjà épuisé par la pêche dans le Golfe du Lion. Y a tellement de thons qu’en 15 jours, à raison de 15 à 20 débarques par jour, le quota est terminé. Et les pêcheurs du Var et des Alpes Maritimes n’ont pas eu la possibilité de pêcher. Le thon suit un parcours en commençant par le Golfe du Lion avant de remonter vers l’Italie. Il commence à peine à y en avoir ici. Certaines mattes sont même rentrées dans la rade de Toulon, elles suivent l’anchois à terre. Certains pêcheurs ont essayé d’en prendre mais, avec les profondeurs qu’on a, il ne se prend pas à la palangre. Les lignes et les cannes ne sont vraiment efficaces et rentables qu’à partir de juillet et, d’ailleurs, cette pêche là n’était pas encore ouverte**. C’était fatal qu’avec ce dispositif, on n’en pêcherait pas. On a demandé à avoir un quota départemental mais cela n’a pas suivi… Il manquerait plus que l’on nous retire notre PPS thon (permis de pêche spécial) pour l’année prochaine parce que l’on n’aura pas eu de captures cette année…

Maintenant qu’il y a des milliers de thons qui approchent, on va les regarder passer et on se reportera sur les autres espèces déjà bien ciblées… C’est une gestion aberrante. De mémoire de prud’homme, on n’a jamais agi ainsi.

En Italie, le gouvernement soutient la pêche artisanale. Il a accepté le moratoire pour la pêche à la senne***. Les senneurs ont été indemnisés et ce sont des pêcheurs artisans qui pêchent les thons avec des petits bateaux. Ils ont des thonailles (filets dérivants) à bord et des palangres. Ils font ce que leur gouvernement leur permet de faire. Pourquoi notre gouvernement ne nous soutient pas en France ? Il suffit de passer la frontière pour avoir un régime différencié. C’est cela l’Europe ?

Ce qui a permis de gérer nos eaux et de préserver nos territoires depuis des siècles, c’est la diversification de nos engins de pêche**** maintenues grâce à la gestion prud’homale. L’Europe est en train de nous interdire les métiers et les espèces, les uns après les autres. C’est une gestion des stocks, conçue pour des pêches industrielles et des pêches intensives. On exploite certaines espèces puis on passe à d’autres quand elles sont mal en point… Ce n’est pas une gestion des écosystèmes et des territoires pris dans leur ensemble. Et ce n’est pas du tout adapté à la Méditerranée…

La gestion d’un territoire, ce sont tous les impacts qui doivent être pris en compte. On nous bloque la pêche des thons. Dans le même temps, les plaisanciers pêchent sans gestion*****, ni contrôle, et la Marine procède à des pétardements sous-marins. Ironie du sort, hier, alors qu’il y avait les mattes de thons, des charges de 90 kg ont explosé dans la grande rade de Toulon…

Didier Ranc, Prud’homme de La Seyne sur mer

Jean-Michel Cei, Prud’homme de Sanary

* Il s’agit des pêcheurs qui vendent hors OP (Organisation de Producteurs). Au total, le quota est de 95 tonnes pour 77 petits bateaux.
** Règlement CE n°302/2009 du 6/04/2009, la pêche de thon rouge pour les canneurs à appât et ligneurs à lignes de traîne est interdite entre le 15 octobre et le 15 juin. Idem pour la pêche sportive et de loisir.
***En 2010 en Italie, ce serait plus l’effet d’une mésentente entre les patrons des armements de thoniers-senneurs concernant les regroupements de quotas qu’un moratoire voulu par les pêcheurs ou le gouvernement…
**** C’est aussi une utilisation rationnelle et contrôlée des engins de pêche.
****** Est prévu un quota de 9 t pour les seuls plaisanciers faisant partie d’une Fédération…

Autres articles :

- Thon rouge, espadon, dorade rose : pour une réglementation qui colle au terrain

- Thon rouge, bilan négatif pour les pêcheurs artisans et l’environnement

- Thon rouge : la voix des pêcheurs artisans

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Pêche: Gestion, Politique, Rég. PACA-Alpes Maritimes, Rég. PACA-Var, Techniques de pêche..., Thon rouge, avec comme mot(s)-clef(s) gestion, gestion des pêches, thon, thonaille, Var. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à thon rouge : gestion injuste et préjudiciable à l’environnement

  1. francois dit :

    je suis bien d accord que le quota attribué aux 61 petits bateaux artisanaux est totalement insuffisant. C est une HONTE que les thoniers-senneurs (9 navires actuellement en chasse en mer) aient obtenu 683 tonnes alors que les 61 petits bateaux n ont obtenu que 49,5 tonnes. C est au niveau du CNPM et au niveau de la DPMA que les choses doivent changer, et qu une attribution EQUITABLE des quotas doit etre faite.
    Je reste profondement opposé aux thoniers-senneurs qui capturent en mai-juin les gros thons reproducteurs pour les vendre a des fermes d engraissement qui les revendront au Japon. Les thons rouges de Mediterranée doivent a mon sens etre peches par les pecheurs artisanaux cotiers de Mediterranée, pour etre vendus sur les marchés locaux, regionaux, et nationaux.

  2. Je suis surpris que vous soyez surpris !
    Qu’attendez vous de ces technocrates bruxellois qui voulaient nous faire fabriquer du rosé en mélangeaunt du blanc et du rouge !
    Alors le thon pour eux, qu’est ce que c’est , des boites peur être pour les plus éclairés !
    Quand aux pêcheurs varois ils en sont encore au plaisanteries imbéciles sur « marius et Olive » joueurs de pétanque et siesteurs endurcis
    comme vous le soulignez, c’est cela l’europe !
    Et croyez moi je n’ai pas voté pour !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>