Thon rouge : les petits métiers contestent une répartition inégale du quota…

Départ à la pêche - port de SanaryManifestation des petits métiers devant les Affaires Maritimes à Sète, les pêcheurs artisans veulent obtenir une juste répartition du quota de thon rouge. Ces artisans subissent des mesures restrictives « de pénurie » alors que l’impact de leurs captures sur le stock de thon rouge est résiduel et que les thons -ironie du sort- « pullulent » littéralement au large de leurs côtes…

I. La répartition entre métiers

En 2011, les 9 thoniers-senneurs ont obtenu 85% du quota national de thons rouges pour la Méditerranée alors que les 50 à 70 petits métiers* n’avaient à se partager que 12% du quota (cf. documents ci-après). Un correspondant environnementaliste nous écrit : « Rappelons que les 9 thoniers-senneurs capturent des thons rouges durant la courte saison de reproduction (souvent des femelles en train de frayer) pour les vendre vivants à des fermes d’engraissement hors de France. Ces thons engraissés sont ensuite vendus au Japon avec d’énormes bénéfices pour très peu d’acteurs. Les 50 à 70 petits métiers pêchent des thons rouges sur plusieurs mois de l’année (et non sur les frayères), pour les vendre « en frais » sur le marché local, régional et national. Ces petits métiers pratiquent une pêche artisanale durable et respectueuse du stock de thons rouges. Dans un souci de bonne et durable gestion des stocks, les petits-métiers devraient avoir au moins 33% du quota de thons rouges en 2012, et cette part devrait augmenter avec la disparition progressive de la pêche semi-industrielle ».

II. La répartition entre régions

En 2011, les petits métiers de la Région PACA qui n’appartenaient pas a une OP (Organisation de Producteurs) ont été injustement floués par ceux de la Région Languedoc-Roussillon. Le quota global des 61 petits métiers hors-OP était de 49,5 tonnes. Or, de par la phénologie du thon rouge, ce quota a été rapidement épuisé par les petits métiers de Languedoc-Roussillon, AVANT que les thons ne soient capturables par les petits métiers de PACA. Prévoyant cette situation, les pêcheurs artisans du Var avaient demandé une répartition individuelle ou départementale du quota, ce qui n’a pas été fait. Pour éviter que cette situation ne se reproduise en 2012, l’attribution des quotas s’est faite par département, et en référence aux captures déclarées en 2009 et 2010. Evidemment, ceux qui n’avaient pas travaillé ces deux années-là sont pénalisés…

 * Ces petits métiers désignent les canneurs, les ligneurs ou les palangriers titulaires d’un permis de pêche spécial «thon rouge»
 

Documents à télécharger :
- Arrêté Ministériel PPS thons-rouges oct 2011
- Arrêté du 14 avril 2011

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Techniques de pêche.... Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Thon rouge : les petits métiers contestent une répartition inégale du quota…

  1. francois dit :

    m enfin je comprends pas pourquoi la DPMA (sous influence du CNPM) attribue des quotas individuels par bateau pour chacun des thoniers-senneurs et ne pourrait pas attribuer des quotas individuels pour chaque bateau de « Petit Metier » qui a son PPS thons rouges. Cela me semblerait logique et equitable, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>