Lettre des Prud’hommes Pêcheurs sur le projet de parc national des calanques

Suite au projet de Parc des Calanques et aux zones de non-prélèvement (ZNP) envisagées, les Prud’hommes Pêcheurs, afin de préserver l’avenir de la pêche artisanale, proposent :

- de déplacer la ZNP de la Cassidaigne au-dessous de la ligne de sonde des 500 mètres, ce qui permettrait de protéger les éventuelles espèces de grand fond et de faciliter le repérage de cette zone pour les navigateurs,

- de tolérer l’usage des palangres qui n’ont pas d’impact sur les espèces de fond et qui sont susceptibles de dériver avec les courants,

- de déplacer la ZNP de Soubeyran afin de libérer le poste de pêche des dorades (Le Gabian), l’un des 3 postes répertoriés en Prud’homie de Cassis, et qui fait partie du patrimoine des pêcheurs depuis des temps immémoriaux,

- d’être associé au projet et à la future gestion de ce Parc.

Concernant la ZNP de La Cassidaigne, les Prud’hommes pêcheurs font remarquer les points suivants :

- elle est d’une dimension phénoménale (33 km²), sans comparaison avec les autres  réserves intégrales : Banyuls 0,65, Côte Bleue 2,95, Port-Cros 0,62, Scandola 0,671…

- elle se trouve sur l’un des rares sites de pêche dans une région où le plateau continental est très étroit. Pour cette raison, les Prud’hommes « gèlent » rarement des zones de pêche, préférant alterner la pression sur les espèces et sur les zones par la réglementation des droits d’usage,

- l’interdiction de la pêche sur cette zone entraînera un report sur la bande côtière et provoquera la surexploitation des espèces et des zones littorales, ainsi que la désorganisation de l’ensemble de l’activité,

- les espèces ciblées par la pêche professionnelle (merlu, dorade rose, sabre…) sur cette zone ne sont pas inféodées au fond et ne sont pas menacées d’extinction. L’interdiction de cette pêche n’entrainera pas « d’effet réserve », elle n’est pas justifiée sur le plan scientifique, ce qui a été noté par les Commissaires enquêteurs,

- la tolérance envisagée pour l’exercice d’un certain nombre de pêcheurs, sur une partie de la zone, est nominative et décadente. Cette mesure est discriminante à l’égard des pêcheurs qui souhaiteraient y travailler dans l’avenir. Elle condamne à terme l’activité halieutique sur la zone. Si une tolérance devait être accordée, elle devrait concerner l’ensemble des petits métiers et sans limite de temps (cf. Charte de pêche dans le Parc National de Port-Cros).

Dans le projet actuel, c’est toute la pêche artisanale entre Marseille et Toulon qui est entravée et ce, sans réelle justification scientifique. Les Prud’hommes ont su préserver les écosystèmes littoraux. Forts de leur expérience séculaire, ils demandent à être associés à cette démarche de gestion territoriale qui fait partie de leurs attributions.

 Prud’homies de La Seyne sur mer, Le Brusc, Sanary, Bandol, La Ciotat, Cassis
Union Interprofessionnel des Petits Métiers de la Pêche Méditerranéenne (UIPMPM)

 Contacts : Djamal Boukhenifra, Prud’homme de Cassis Tél : 06 70 16 95 93
Jean-Michel Cei, Prud’homme de Sanary Tél : 06 88 46 86 19

Pour télécharger la lettre : Lettre des Prud’hommes Pêcheurs – Calanques-

Cette entrée a été publiée dans Aires marines protégées, La prud'homie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>