Cap Roux : un cantonnement créé par les pêcheurs et suivi scientifiquement

cantonnement cap roux plaquette2013 Plaquette Cap Roux

Pas moins de 450 ha au pied de l’Estérel ont été mis en réserve intégrale à la demande de la Prud’homie de St Raphaël en 2003 ; ce cantonnement a été prolongé jusqu’à fin 2013. Convaincus par les résultats des pêches expérimentales annuelles auxquelles ils participent, les pêcheurs de la Prud’homie sont favorables à son maintien.

cantonnement cap roux plaquette 2Grèce à une méthode simple de comptage des espèces en plongée, la méthode Fast, les scientifiques du laboratoire Ecomers de Nice-Sophia Antipolis ont montré l’existence d’un effet réserve dès 2005, soit 2 ans après la création du cantonnement. Les poissons y sont plus diversifiés qu’ailleurs (86 espèces recensés), d’une plus grosse taille, et certaines espèces à haute valeur commerciale ou patrimoniale y sont bien présentes (chapon, corb, mérou…). On se demande pourquoi cette méthode d’observation des milieux et d’estimation de la richesse marine n’est pas utilisée pour la gestion de la petite pêche artisanale en zone côtière. Cela permettrait d’avoir une gestion adaptée à cette pêche en zone littorale plutôt que de faire subir aux artisans des mesures généralistes conçues pour les pêches industrielles et intensives à partir d’extrapolations (souvent très théoriques), fondées sur des modèles d’estimation de stocks à grande échelle…

Le cantonnement a fait l’objet d’un balisage ; sa surveillance est stratégique quand l’on sait que la pêche de loisirs peut prélever jusqu’à 3 tonnes de poissons sur 216 ha, dont le tiers est composé de girelles royales et de serrans chèvres…
2013 Plaquette Cap Roux

Cette entrée a été publiée dans Cantonnement du Cap Roux, Environnement. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Cap Roux : un cantonnement créé par les pêcheurs et suivi scientifiquement

  1. Jean-Marc dit :

    Malheureusement, ce site n’est pas surveillé, et par conséquent, pêcheurs et chasseurs sous-marins y sont très nombreux et ne prennent même pas la peine de se cacher. Hier je suis passé a la calanque d’Aurelle, et j’y ai vu une quinzaine de pêcheurs et près d’une dizaine de chasseurs sous-marins. Un des pêcheurs m’a même demandé d’aller nager ailleurs, et lorsque je lui dit que tout pêche était interdite dans le coin, m’a répondu qu’il ne savait pas (et bien sur continua a pêcher avec ses 3 cannes), et plus loin une jeune maman qui apprenait a pêcher a ses deux petits enfants m’a dit en souriant qu’elle savait que c’était interdit, mais qu’il n’y avait aucun problème car que tout le monde le faisait, et de plus ils ne pêchaient que des « petits poissons ». Il est évident que les pêcheurs ne courent aucun risque de se faire prendre, et même si c’était le cas, la sanction serait minime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>