AMAP de Sanary : solidarité pour les producteurs, face aux intempéries

amap 1Samedi 8 février, l’AMAP de Sanary a tenu son Assemblée Générale. Créée depuis bientôt 2 ans, cette AMAP réunit près d’une cinquantaine de participants autour d’un producteur de légumes et d’oeufs « bio », et une petite dizaine d’adhérents pour le panier « poissons » fourni par un pêcheur professionnel de Sanary. En saison, elle propose également des noix et de l’huile de noix, ainsi que de la crème de marron, également. Prochainement peut-être des volailles. Tous ces produits ont la mention « bio » (à l’exception des poissons sauvages qui ne peuvent l’être par définition) et proviennent de petits producteurs locaux.

DSCF1490Côté poissons, après un certain turn-over, un petit groupe s’est stabilisé autour de Thierry Ferrer, le pêcheur. Les adhérents s’adaptent à la variabilité des conditions météorologiques. « Souvent les clients sur le port croient qu’il fait beau parce qu’il y a du soleil, mais dehors y a des vagues… » La livraison prévue chaque quinzaine saute souvent, est reportée la semaine d’après, ou celle encore d’après… Il a même fallu regrouper 2 livraisons en une fois pour rattraper le temps. Finalement tous les paniers ont été livrés, et ceux qui étaient intéressés ont reçu un « panier exceptionnel », livré en supplément, pour profiter d’une belle prise. Bref, l’ambiance est bonne et les clients découvrent parfois des espèces qu’ils ne connaissaient pas.

Photo Dominique DelmotteCôté légumes, Thierry Vallarino est très inquiet : 16000 choux (fleur, vert, rouge, pointu, romanesco), prêts à ramasser, sont sous l’eau. « Les connaissances, les machines, on les a à peu près mais la pluie, je crois que c’est pire que le froid. Le froid, il vient, il blesse, mais la pourriture que fait-on ? Ces champs sont situés en plaine. AOC Blandol oblige, les coteaux sont réservés au vin. Il y a trop d’eau, la nappe phréatique remonte, il faut le temps que le sol absorbe, que l’eau puisse s’écouler… Avec les pluies annoncées, la récolte pour le panier d’une autre AMAP se fera le dimanche a lieu du lundi. « Ça me coûte le double, ce sont des paniers « en or » ! » Cela fait deux ans que Thierry bataille avec le mauvais temps, l’année dernière a été froide et les plantations ont été retardées : « Avant, on plantait dès janvier… ». Les légumes mettent plus de temps à mûrir ce qui pose le problème de l’intersaison. Le travail est physique et le personnel parfois difficile à trouver pour les plantations et les récoltes. « Quand il pleut, ils sont pas aux anges… »

Amap 4Côté œufs, ce sont les renards qui attaquent les poules, malgré les treillis et les serres. Ces jolis animaux à fourrure se multiplient et viennent s’alimenter, particulièrement par tempêtes. Avec le bruit de la pluie sur les serres, les chiens ne les entendent pas. Sur les 200 poules rachetées, 60 ont été tuées… Thierry réfléchit à une construction en dur.

Les participants ont assuré les deux Thierry de leur solidarité. Une belle aventure que ces AMAP où les réalités des producteurs affleurent dans nos vies citadines.

Les récoltes en préparation et les nouvelles poules :

 

amap 7 amap 6  amap 5

Si vous êtes intéressés à adhérer à l’AMAP contactez : sanaryamap@gmail.com
Pour le panier « poissons » : encredemer@yahoo.fr

Cette entrée a été publiée dans Communication, Evolution climatique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>