Le vent déjà avait tourné

Le vent déjà avait tourné.

Savait-il cela, ce matin, en déployant sous la

couche opaque de nuages, ses bras lumineux ?

La mer penchait et l’eau grise déferlant sur

les digues semblait dérisoire face à l’éclat

puissant qui surgissait de la montagne.

L’on eu dit, alors que s’extirpaient mollement

les corps endormis, un basculement.

Cela dura quelques minutes pendant lesquelles le ciel

sembla reculer, laissant s’épanouir des flammes éclatantes.

Trop lourde la chape au-dessus de nos têtes qui

engloutit peu à peu la courbe prometteuse.

Seule une ribambelle floconneuse flottant sur

la ligne rocheuse rappelait l’événement.

Il n’empêche, le vent tenait bon.

Cette entrée a été publiée dans Poésie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>