De si belles nouvelles de Marseille…reflet de nous-même

La ballade de la jeune fille tristePréférerez-vous « La ballade de la jeune fille triste » qui, chaque jour, se rend sur la Plage d’Argent à Porquerolles, et nage ensuite selon un rituel immuable jusqu’à ce que…. ou bien « Le marégraphe » ? Chaque jeudi, le petit Frédéric vient à l’anse Calvo voir le gardien de ce mécanisme d’évaluation du niveau zéro des mers, et y fait la connaissance de Marie, la fillette de l’une des aquarelles de Charles Blocteur, le grand-père maternel de l’écrivain. Frédéric ne reverra pas Marie. Corinne Angeli, l’auteur de ce recueil de nouvelles – « La ballade de la jeune fille triste » éditions Anfortas* – n’a pas connu son grand-père. Mais a grandi dans son univers. Et lui dédie aujourd’hui ce recueil de nouvelles : « mon grand-père était aquarelliste. Chez moi, je n’ai que des tableaux de mon grand-père. Il était né à Toulon et n’a eu de cesse toute sa vie, de retrouver cette lumière du sud, ces paysages. Je ne l’ai pas connu, mais il a bercé mon enfance de ses tableaux : je crois que c’est lui qui m’a amenée à l’écriture.

Une nouvelle en soi, que l’histoire d’une petite fille imprégnée par l’univers de son grand-père inconnu, au point d’en devenir écrivain. Un grand-père qui n’avait pas abandonné, malgré la guerre de 1914 : « le courage d’aller au bout de son art. » A l’âge de choisir, la jeune femme s’inscrit en hypokhâgne au lycée Thiers, avant d’entamer en septembre, ses études de médecine. Mais jamais l’écriture ne quittera la dermatologue** qui, en vingt ans d’auscultation de ses patients, n’a pas émoussé sa passion de sonder les reins et les cœurs… au point de se laisser inspirer par quelque confidence : ainsi de « Vu du ciel », où une femme rencontrée au Hammam lui prédit en quelque sorte ce qu’elle va vivre. Ou bien de « La dernière traversée » inspirée « par un de mes patients qui a bel et bien passé le Cap Horn et publié un livre aux éditions Arthaud. Il est au courant : on se voit toujours très régulièrement. A 94 ans, il est d’une fraîcheur extraordinaire ! »

Entre ses petites ironies et ses cruelles blessures, la vie n’a de cesse de nous prendre au dépourvu. Ainsi nous reconnaissons-nous tour à tour dans l’amour de jeunesse que jamais nous ne reverrons, dans l’ami de longue date que l’on épouse, prenons-nous le TGV avec ce médecin marseillais marié à une femme mélomane et ayant la musique en horreur, mais courant retrouver une violoniste … qui lui rendra le goût de sa femme. Les contre-pieds de la vie, au détour d’une roue de voiture qui achoppe sur un simple bout de trottoir. Et la vie laisse ses traces : «La peau est le miroir de l’âme. J’entends beaucoup de choses. Je les écoute  : comme nous sommes seuls, avec une douleur pourtant déjà vécue par d’autres ! Et comme dans « La ballade de la jeune fille triste », la main tendue de ce vieil homme est primordiale. La douleur nous renvoie tant à nous-même et à notre solitude. »

Endoume, le Roucas Blanc, les rues Sainte et Montgrand, dix de ces douze nouvelles puisent à même Marseille : « je suis née à Marseille, j’y ai grandi et y ai toujours vécu. C’est toujours un bonheur d’aller au marché aux poissons ou à l’Hôtel Dieu qui a rouvert. »  Marseille n’est pas le roman noir que l’on nous raconte à l’envi :  » Cela me désole que l’on renvoie une image pareille de Marseille, faits divers et règlements de compte ! Je pense que l’on exagère un peu ce côté de Marseille, qui existe, mais Marseille n’est pas que cela. C’est une ville très attachante, issue de cultures multiples, qui a l’immense chance d’être ce port ouvert sur la Méditerranée : chance qui peut faire son malheur aussi ! Mais si les Marseillais ont une grande qualité, c’est cette plus grande facilité à vivre la diversité culturelle et raciale qu’ailleurs. »

Une aptitude parisienne moindre ? Alors qu’elle rejoignait son éditeur rue Bonaparte, le chauffeur de taxi eut pour réponse à propos de Pierre Hermé : « Qui c’est, celui-là ? ». Pas idée de repérer une rue comme cela  : « Et comment peut-on trouver une rue avec le nom d’un boulanger ? ». Quant à raconter la scène du taxi parisien  : « Ça n’intéresse personne, vos histoires ! ». Une fiction, évidemment, encore que…. Prochain ouvrage de Corinne Angéli, un deuxième roman, épistolaire cette fois, à quatre mains, un roman d’amour… avec un Marseillais. Prix Cesare Pavese pour « La ballade de la jeune fille triste » en 2012, la même année où Alessandro Basilico était primé dans la catégorie professionnelle, l’auteur cultive, à sa façon, les valeurs sûres. De bonne heure imprégnée de Maupassant et Stefan Zweig, sa plume est cette certitude de se couler dans une eau à bonne température. 

Pascale Marcaggi

* Editions Anfortas : www.editions-anfortas.com – « Lire c’est encore rêver. »

**Corinne Angeli est membre de l’association Le Groupement des écrivains médecins, qui tiendra son salon-dédicace à Paris, le 7 juin prochain.

Corinne Angeli – RADIO ETHIC

Cette entrée a été publiée dans Expression Artistique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>