Baudroies : comment les distinguer ?

Le corps très aplati, le dos brunâtre, une tête monstrueuse à l’éclat du jour, une peau flasque et visqueuse, pas d’écailles mais des lambeaux de peaux battant les flancs et la mâchoire inférieure débordante… Telles des algues en mouvement dans les profondeurs obscures : ce poisson est sans conteste le roi du camouflage ! Il a, sur la tête, un filament pêcheur avec un lambeau de peau servant de leurre pour attirer les proies. (Taille max : 2 m. Prof. : 10/1000 m)

Baudroie commune (Lophius piscatorius) : La membrane viscérale est de couleur claire, la peau aussi et la 2ème nageoire dorsale comporte 11 à 13 rayons.
Baudroie rousse (lophius budegassa) : la membrane viscérale est noire, la peau est moins claire et plus marbrée de noire et il y a 8 à 10 rayons à la 2ème nageoire dorsale.

Cf. Patrick Louisy Guide d’identification des poissons marins. Europe et Méditerranée. Ulmer 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *