L’activité humaine menace d’asphyxie les eaux côtières

Nombre de régions côtières se transforment en zones mortes, en raison de l’utilisation croissante des engrais (phosphates et nitrates) dans l’agriculture et le rejet d’eaux usées chargées de matières organiques. Lessivées par les pluies, ces substances s’accumulent dans les estuaires, les lagunes et les mers fermées…
Une étude (…) publiée dans la revue Science du 15 août, indique que la surface de ces zones mortes double chaque décennie depuis les années 1960. Ces dernières représentent aujourd’hui 405 sites totalisant 245 000 km2, soit la surface de la Nouvelle-Zélande. Pour les auteurs, ces régions constituent désormais « un des éléments-clés du stress qui frappe les écosystèmes marins »…
Pour retourner la tendance et agir sur ces zones mortes, il faudrait diminuer les rejets des eaux usées et maintenir les engrais dans le sol… et, en attendant, réduire l’emploi des fertilisants de façon à retrouver les quantités utilisées au milieu du XXe siècle.
Si rien n’est fait, le phénomène risque de s’amplifier dans les années à venir avec l’augmentation de l’activité humaine, la production accrue d’agrocarburants et le réchauffement climatique. Celui-ci agira au travers de trois processus : le débit des fleuves, l’augmentation de la température marine, qui accentue l’activité microbienne, et les phénomènes climatiques, tels les cyclones tropicaux, qui brassent brutalement les eaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *