Un cinquième des récifs coralliens a déjà disparu, le reste est en grand danger

… L’Initiative internationale pour les récifs coralliens (ICRI) et l’Initiative française pour les récifs coralliens (Ifrecor) ont rendu public, mercredi 18 février, le bilan mondial de leur état. Ce travail, réalisé tous les quatre ans, mobilise quelque 400 chercheurs de 96 nationalités.

Selon leurs observations, le monde a définitivement perdu 19 % de ses récifs, 15 % risquent de disparaître dans les dix ou vingt prochaines années, et 20 % supplémentaires sont menacés de disparition dans les vingt à quarante ans si rien ne change. Et ceci sans même tenir compte des effets du réchauffement climatique, qui constitue une menace pour la totalité de ces écosystèmes.

Les coraux abritent une vie foisonnante : un tiers des espèces marines décrites en dépendent. Leur survie est donc un enjeu pour la préservation de la biodiversité mondiale. Elle est aussi cruciale pour les 500 millions d’êtres humains qui en tirent leur alimentation. « Ils rendent d’autres services aux hommes, en protégeant les côtes contre les assauts de la mer, et en permettant le développement du tourisme », explique Bernard Salvat, le spécialiste des récifs coralliens qui représente la France à l’ICRI. Selon une estimation du Programme des Nations unis pour l’environnement (PNUE), chaque kilomètre carré génère entre 81 000 et 488 000 euros de revenus.

Ces récifs subissent plusieurs types de pressions liées aux activités humaines et à l’augmentation de la population. La principale cause de leur dégradation est la destruction du couvert végétal à terre, qui, générant un afflux de particules dans les eaux, étouffe les coraux. Les polluants chimiques ou bactériologiques y aboutissent également.

La surpêche et l’utilisation de méthodes destructrices, comme la pêche au cyanure ou à l’explosif, contribuent également largement à leur mauvais état. Les récifs sont aussi détruits par la construction de ports ou de marinas, les prélèvements de sable pour le bâtiment, le piétinement des touristes…

Le réchauffement climatique, qui provoque leur blanchissement, constitue l’autre grande menace….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *