Les agriculteurs bretons d̩noncent la note pr̩fectorale sur les algues vertes РInformation comment̩e

La note « confidentielle » sur la prolifération des algues vertes en Bretagne, révélée mercredi 21 octobre par Le Télégramme et Ouest-France a provoqué la colère des agriculteurs.

Dans ce document du 4 septembre, adressé au premier ministre, au ministre de l’intérieur et à la secrétaire d’Etat à l’écologie, le préfet des Côtes-d’Armor, Jean-Louis Fargeas, estime que « la diminution visible et notable » de ce phénomène, dû à l’apport de nitrates issus de l’agriculture, « ne pourra passer que par un changement profond des pratiques agricoles sur les secteurs concernés, ce que la profession agricole n’est pas prête à accepter pour le moment ». « Afin d’éviter que l’Etat soit de nouveau mis en cause (il a été condamné par le tribunal administratif en 2007, NDLR) et pour obtenir des résultats en la matière, il importe néanmoins d’afficher une politique volontariste pérenne » pour stabiliser ou limiter ce phénomène, écrit encore le préfet…

————–

A propos de cet article, l’on peut se demander si ce sont « les agriculteurs » qui sont responsables. Le Préfet dénonce des « pratiques agricoles ». Il s’agit bien de pratiques d’une agriculture intensive « boostée » par un choix de développement productiviste. Signe que ce développement rencontre de nombreuses limites environnementales mais aussi économiques, sociales, financières…

A quand une agriculture intégrée dans des spécialisations régionales avec des produits de terroir issus de gestions spécifiques ? Indépendamment des questions « d’image », la Région Bretagne ne peut pas en même temps vouloir développer une spécialisation touristique et résidentielle, liée essentiellement à la qualité environnementale de son littoral, tout en mettant en danger la richesse biologique de ce même littoral par le développement des algues vertes. Il lui faut « intégrer » ses activités primaires (agriculture, pêche conchyliculture, élevage) à la qualité environnementale.

A ce titre, le travail effectué en sud-Bretagne par l’Association Cap 2000
est éloquent puisque la concertation entre agriculteurs, pêcheurs, conchyliculteurs et communes littorales permet, grâce notamment à une observation assidue des différents impacts sur la vie planctonique, de concilier les différents usages en harmonie avec la richesse environnementale…

Cf. notamment présentation de l’association

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *