Sommet 2010 de l’Alliance « Produits de la mer »

Une forte représentation de l’industrie de la pêche et de l’aquaculture dans cette organisation. Alors que Findus ouvrait le sommet ce dimanche matin 31 janvier 2010, certains d’entre nous se demandait si nous étions au bon endroit, au bon moment ! Mais l’exposé de Daniel Pauly qui a suivi était d’un tout autre genre… Les diapositives de sa présentation sont disponibles sur le site de l’Alliance Produits de la mer, ainsi que sa conférence, en langue anglaise. Un article, en français, reprend les points forts de son intervention dans la revue de L’encre de mer n° 24-25.

D’autres présentations ont attiré notre attention (visibles également sur le site de l’alliance) :

– OCEAN 2012 – Une coalition d’organisations pour une nouvelle politique de la pêche
européenne. Présenté par Markus Knigge (Pew Environment Group) et Beatrice Gorez (CAPE Coalition pour des Accords
de Pêche Équitables).

– Nos futurs océans, plus chauds, plus hauts, plus acides… Est-ce un problème ? Animé par Kristian Teleki (SeaWeb) ; intervenants : William Cheung (Université d’East Anglia), John
Pinnegar (Centre for Environment, Fisheries & Aquaculture Science) et Dr. Carol Turley (Plymouth
Marine Laboratory).

РLes d̩marches qualit̩ et marques collectives : premi̬re ̩tape vers une p̻che
responsable ? Présenté par Isabelle Letellier (Normapêche Bretagne).

Le Collectif Pêche et Développement a participé au panel suivant :

Pêche et conchyliculture en 2020 : une démarche environnementale à l’échelle
planétaire, une organisation économique et sociale à l’échelle humaine
Une vision prospective fondée sur plusieurs axes :
– Les interactions environnementales sous l’angle de la biodiversité et du plancton conduisent à une
vision planétaire de la ressource et à une attention particulière à la gestion littorale, avec la coopération
des pêcheurs et conchyliculteurs artisans.
– Le choix de production est tourné vers l’artisanat, ses capacités d’adaptation aux écosystèmes et
d’implication dans les gestions territoriales.
– La consommation privilégie les espèces locales, basiques ou de luxe, plutôt que l’importation de
produits industriels.
– La politique des pêches et aquacultures artisanales, intégrées aux territoires, recourt à une gestion
décentralisée, à échelle humaine.

Anim̩ par Benǫt Gu̩rin (Conseil Consultatif R̩gional pour les eaux occidentales australes РCCR-S) ;
intervenants : Christian Décugis (Comité local des pêches et élevages marins du Var), Philippe
Favrelière (Collectif pêche et développement), Pierre Mollo (biologiste) et Elisabeth Tempier (Collectif
p̻che et d̩veloppement Рantenne M̩diterran̩e).

Quelques photos prises sur le vif ! (cliquer sur la photo)

Sommet 2010 Alliance des produits de la mer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *