Marée noire : le silence des autorités chinoises

Les habits maculés de noir, le visage et les cheveux luisants de fioul, les mains nues recouvertes d’une épaisse couche visqueuse, les pêcheurs de Jinshatan ont des allures de mineurs de fond en ces temps funestes de marée noire : depuis l’explosion, le 16 juillet, d’un oléoduc dans une zone industrielle voisine, à une cinquantaine de kilomètres de Dalian, en Chine du Nord, le petit port de pêche a été transformé en zone de stockage, et des milliers de bidons sont alignés sur le terre-plein…

C’est une mauvaise manoeuvre de désulfuration dans deux oléoducs, lors du déchargement d’un pétrolier, qui aurait conduit à un incendie dans un réservoir de Xingang, le terminal du port de Dalian réservé aux hydrocarbures. Et au déversement d’au moins 1 500 tonnes de pétrole brut dans la mer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *