Queue de poisson pour le label de la pêche durable

Voir en ligne : Le Monde

… Cette fois-ci, c’est un écolabel qui est ferré, celui du Marine Stewardship Council (MSC). Cet organisme, chargé de certifier de manière indépendante que la pêche a été réalisée de manière durable, et d’assurer la traçabilité des produits de la mer, est accusé de tromper les consommateurs en délivrant son label à des pêcheries dont les stocks s’écroulent…

(…) Figure en premier lieu l’attribution du label MSC pour à la pêche de morue antarctique, une espèce encore méconnue des scientifiques et pour laquelle il est impossible de déterminer l’état des stocks.

Les autres labellisations incriminées portent notamment sur le thon et l’espadon au large des côtes des États-Unis, le lieu noir dans la mer de Béring, dont les stocks ont diminué de 64 % entre 2004 et 2009, ou encore le merlu du Pacifique, qui a subi une chute de 89 % de sa population depuis 1989…

“Le MSC s’est empressé d’accepter les candidatures de centaines de pêcheries dans le monde entier afin de faire croître leur entreprise et leur réseau. Or, certaines de ces pêcheries sont loin d’être durables.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *