Pêche durable : MSC, l’écolabel qui encourage le massacre

Article de Rue 89

Chez Carrefour, le poisson est à la fête : du 17 au 23 février, l’enseigne de distribution lance sa semaine de communication « Les Jours bleus ». L’objectif est de promouvoir l’écolabel MSC censé garantir aux consommateurs que leur poisson est issu d’une pêche durable. Problème : depuis quelques mois, ce label est au cÅ“ur d’une controverse scientifique grandissante…


MSC, cela veut dire Marine Stewardship Council ; on peut traduire ça par « pêche durable »….

Il y a eu la certification, en 2004, d’une pêcherie de merlu en Afrique du Sud alors que le stock est considéré comme effondré. Rebelote en 2009 avec une autre pêcherie de merlu du Pacifique.

Plus récemment, une polémique a éclaté sur le colin d’Alaska, un poisson en bonne place sur les étals de Carrefour. Aujourd’hui, les tensions se cristallisent autour de la pêche à la légine antarctique. Ce poisson de luxe est devenu, en quelques années, une cible privilégiée de l’industrie halieutique avec une explosion de la pêche illégale…

Un label pour les pays développés

Levons le voile sur le grand mystère : le MSC est un système contrôlé par l’industrie et les pays développés et ils ne s’en cachent pas…

… Les scientifiques sont bien souvent des gens rigoureux et obstinés : face au refus de l’organisme certificateur de prendre en compte leurs remarques sur la pêche à la légine antarctique, ils ont décidé de déposer une objection formelle. Une procédure pour laquelle MSC leur a demandé la bagatelle de 18 000 euros. Aujourd’hui, le MSC a fait un effort, ce recours ne coûte plus que 6 000 euros.

Fausse indépendance des sociétés d’audit

… Une pêcherie qui souhaite être certifiée fait appel à une des sociétés accréditées et la paye pour réaliser l’audit. Quand on sait qu’un audit MSC coûte entre 10 000 et 100 000 euros et que ces sociétés d’audit sont en très forte concurrence, chacun comprendra que l’indépendance est très relative.

Le système a un autre « avantage » pour les petits pêcheurs des pays du Sud : pas besoin de dépenser vos économies pour assister aux réunions ou de porter plainte quand vous n’êtes pas d’accord, de toute façon vous ne pourrez jamais vous payer un audit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *