Didier Ranc, François Poulin : deux grands hommes, héros du quotidien

photo l'encre de merS’intégrer professionnellement et socialement dans notre société demande beaucoup d’énergie. Certains parviennent, de surcroît, et avec une bonne volonté manifeste, à s’investir dans un intérêt collectif. Deux hommes ont récemment été honorés pour leur engagement auprès des pêcheurs artisans. L’un, Didier Ranc, patron pêcheur et prud’homme de La Seyne sur mer -  Saint-Mandrier, vient de recevoir les insignes de Chevalier dans l’ordre du Mérite Maritime, l’autre, François Poulin, administratif, s’est vu attribué le titre de Membre honoraire du Conseil canadien des pêcheurs professionnels pour son aide à la création d’institutions représentatives des pêcheurs.

Deux hommes aux compétences diversifiées, deux itinéraires qui se rejoignent et se complètent :

Didier Ranc, pêcheur et prud'homme à La Seyne sur mer, St Mandrier (Photo Joseph Marando)Didier Ranc : c’est un hommage à la petite pêche méditerranéenne et à sa spécificité que j’ai toujours défendue
« A travers ce Mérite Maritime que je reçois aujourd’hui avec fierté des mains d’un représentant du Gouvernement et en son nom, au-delà de ma simple personne, je pense que l’Etat a voulu rendre hommage à la petite pêche méditerranéenne et à sa spécificité que j’ai toujours défendue. Cette haute distinction, je la dédie à mon père qui a su m’inculquer l’amour et le respect que l’on doit à la mer et à la nature en général. Je la dédie à ma famille qui a du supporter mes absences, le temps perdu et passé, pris sur les loisirs et la vie de famille, à titre bénévole et pour peu de satisfaction. Cette haute distinction ira, je le crois, droit au cÅ“ur des anciens pêcheurs de mon village qui m’ont donné l’envie de les représenter, qui m’ont encouragé et toujours soutenu. Ils m’ont appris ce qu’était la gestion durable des ressources halieutiques et leur gestion pérenne dans l’intérêt des populations à nourrir, au travers de la gestion prud’homale des pêches. Je la dédie aux jeunes pêcheurs qui, plus que jamais, confrontés à de graves menaces du fait de nouvelles interdictions et contraintes européennes, ont besoin de notre soutien actif, si l’on veut éviter un déclin fatal de notre petite pêche côtière. Je leur souhaite tout le bonheur que j’ai connu dans ce métier… ».

Au cours de sa carrière, Didier s’est engagé dans de multiples fonctions pour sauvegarder les petits métiers de la pêche méditerranéenne : prud’homme pêcheur, président de l’Union intersyndicale des petits métiers de la pêche méditerranéenne, co-fondateur de l’Union des communautés de prud’hommes pêcheurs de Méditerranée, administrateur et vice-président du Crédit maritime, administrateur de société d’assurance et mutuelle maritime (SAMAP, SAMM)… Il participe activement aux rencontres européennes liées à la PCP, aux actions des réseaux nationaux et internationaux d’appui à la petite pêche : Collectif Pêche et Développement, Slow Food Provence, Slow Fish, Terra Madre, Forum des pêcheurs artisans, plateforme pour la pêche méditerranéenne, ainsi qu’aux initiatives régionales : Institut de Promotion et de Formation aux Métiers de la mer, L’encre de mer, Festival Pêcheurs du monde…

Dider Ranc et Jean-Sébastien VialatteJean-Sébastien Vialatte, député maire de Six Fours les plages : un investissement fort en faveur de l’institution prud’homale
« Nous avons eu maintes occasions de travailler ensemble pour relayer vos attentes au niveau national dans le but de sauvegarder les petits métiers de la pêche en Méditerranée. Cette collaboration s’est concrétisée par le dépôt de plusieurs questions écrites et l’envoi de courriers aux ministres. J’en citerai quelques-unes parmi lesqueslles le permis de pêche spécial pour le thon rouge, la délivrance du titre de sécurité pour les navires de pêche varois, le rétablissement de la gestion prud’homale, la pension d’invalidité des inscrits maritimes, la pêche à la thonaille… Je veux rappeler la place toute particulière qu’occupent les prud’homies dans notre pays depuis le 15ème siècle et les lettres patentes du roi René, comte de Provence. Si cette place a pu perdurer au fil des siècles, c’est grâce à l’attachement et à l’investissement passionné comme les vôtres, soyez en ici, très chaleureusement félicité ».

François Poulin, co-fondateur du Forum mondial des pêcheurs artisans, photo Chantal ThéryFrançois Poulin : permettre aux pêcheurs d’exprimer leurs intérêts communs auprès des décideurs à l’échelle provinciale, nationale et internationale.
Parmi les points marquants de sa carrière, on note :
– le développement de missions régionales spécialement en Gaspésie et aux ÃŽles de la Madeleine,
Рdes interventions de d̩veloppement ̩conomique en Afrique et Am̩rique du sud,
– premier directeur général de l’Alliance des pêcheurs professionnels du Québec,
– l’introduction des agences de commercialisation pour le homard et le crabe,
– membre du groupe de travail sur les pêches de l’Alantique,
– participation à la mise en place de la professionnalisation des pêcheurs,
Рpremier pr̩sident du Conseil canadien des p̻cheurs professionnels,
– co-fondateur du Forum mondial des pêcheurs et travailleurs de la pêche…

Merci à ces héros du quotidien qui transmettent, sur le terrain et dans les arcanes politiques, la valeur et l’expérience de l’engagement collectif !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *