Photomed : quand la photo inspire la poésie…

The picnic de Fouad-Elkoury -Baalbek, Lebanon - 1979
The picnic de Fouad-Elkoury –
Baalbek, Lebanon – 1979

Sous le feu du soleil, intrépide assaillant
A l’abri des mortels, à l’abri des vaillants,
Voilà enfin un dimanche où l’existence a un sens,
Où la vie semble étanche aux averses de violence.

Ironie du sort !

Aujourd’hui baignent ces corps dans une mare de lumière,
Qui doucement les berce et puis ferme leurs paupières.

Oh juste ciel !

Déverse aujourd’hui une chaleur méconnue,
Des rayons bienfaiteurs plutôt que des obus…
Jouissons « jeunes » de ce feu que les « feus » nous envient.
Reposons dans l’herbe chaude en ce havre de paix,
Oublions l’ombre qui rôde, fermons nos yeux avinés,
Puisque la vie se moque, puisque la mort nous convoque.
Amusons-nous de nos verres plantés dans l’herbe folle.
Ne pensons plus à ces vers nourris par les charognes,
Puisque la vie se moque, puisque la mort nous convoque.
Croquons la couleur des fruits (et) goûtons donc à l’oubli.
Si la mort ne nous choque plus, qu’en est-il de la vie ?

Ce simulacre brillant ? Prions Sinsémilia…

Afin que notre chemin évite les bombes, qu’il mène vers de calmes jardins.
Afin que le soleil éclaircisse l’ombre, qu’il brille d’amour au quotidien.

Jordan Lusseau, hôte du festival à « La maison des artistes » à Sanary sur mer

16 commentaires

  1. Une vue bien aiguisée sur la vie, et une soif de vivre qui rayonne à chaque vers.
    Un bien bel hommage aux trésors que nous ne savons plus regarder. Bravo Jordan !

  2. Une vue bien aiguisée sur la vie, et une soif de vivre qui rayonne à chaque vers.
    Un bien bel hommage aux trésors que nous ne savons plus regarder. Bravo Jordan !

  3. En lisant ce poème, beaucoup de sentiments m’envahissent dont certains sont liés à mon histoire.
    Notre poète en herbe pourrait être un élève de « Rimbaud » ou de « Baudelaire ».

  4. Bonjour. le texte est très profond et rehausse de belle manière le tableau. Bonne continuation.

  5. Bravo pour cette expression artistique pleine de richesses.
    A quand la suite ..

  6. Bravo, très beau poême, surtout ne pas en rester là.

  7. Voilà une belle manière de sublimer une photo.Le texte est fort et habille joliment un cliché où baigne une douce quiétude…Instants magiques et furtifs, souvenirs d’enfance….Oui , mille fois oui, il faut croquer la vie à pleines dents, s’enivrer de ces petits moments où seuls les sentiments positifs vous envahissent.
    Bravo Jordan, puisses tu convaincre au travers de ces jolis vers, le plus grand nombre pour qu’enfin nous passions plus de temps à parler d’amour et de paix.

  8. Dans ce monde où tout ne va pas de soi,
    Dans ce monde au pessimisme ambiant,
    Dans ce monde des médias, de la télé réalité, où tout doit aller très vite, où on ne prend pas le temps de se poser, dans ce monde des SMS et de la banalité des mots privés de leur sens profond….
    Quel enchantement de pouvoir lire de si belles lignes pleines d’espoir, où la vie triomphe de la mort, l’optimisme prend le pas sur le pessimisme, et tout ceci inspiré par une photo de Fouad Elkoury photographe talentueux, cette photo qui témoigne d’une situation particulière dans un Liban déchiré.
    Quel message de la part de Jordan, jeune universitaire de 19 ans, nous envoie, puissions nous apprécier, y réfléchir, si ce n’est qu’un instant, et garder confiance dans le talent.
    Ne doute pas de toi, Jordan, continue de nous ravir, et garde confiance en l’avenir.

  9. Bravo Jordan
    Ce poême est fort , il est empreint d’un sentiment de paix et de calme que l’on retrouve dans cette photo .
    Je crois que tu as encore de belles choses à dire au travers de tes poêmes ,ne te prive de ce don épistolaire .

  10. Un très beau poème avec entre autre un modernisme très appréciable !

  11. quel talent; déja un poète; quelle fierté pour tes proches ,ce poème et super continu bravo

  12. merci Jordan ton poéme m’ a beaucoup touché… un passage doux dans ce monde plus ou moins rugueux !
    Toute une vie s’offre à vous
    Tant de rêves à vivre jusqu’au bout
    Sinsemilia… quelle riche idée de l’avoir associé à ton poème
    à quand le prochain?

  13. Que faire quand la rudesse de la vie ne vous a enseigner que la souffrance, le doute, la suspicion ou le malheur?Que faire quand la vie vous habitue à vous parer de silence , méfiance ou défiance ?Et qu’on ne sait pourquoi la fierté et l’honneur viens vous envahir! comment l’appréhender?Moi l’être inutile,le bon à rien,le stupide,il me faudra apprendre et ceci grâce à toi!!!Je suis si fier!

  14. Un magnifique poème issu d’une superbe photo ! Il n’en faut pas plus pour nous émouvoir ! Bonne continuation à Jordan, qui s’engouffre dans une voie
    artistique dont le chemin était tout tracé …… N’est-ce pas Nany ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *