Des voix s’élèvent contre la violence dans les médias et les réseaux sociaux…

On se souvient de la pétition contre le chalutage dans les grands fonds et de la violence des messages médiatiques qui ont suivis… Dans son bulletin de liaison (N°25 de fev 2014), la Mission de la Mer met les poins sur les « i ». Des débats, oui, mais dans le respect de l’autre. Je ne sais pas vous, mais, moi, cela me donne de l’espace. J’ai l’impression d’une fenêtre qui s’ouvre… Comme beaucoup, j’imagine, je suis un peu lassée d’être traitée comme objet de manipulation, de devoir subir une colère, une vindicte ou un dénigrement que je ne partage pas…

grands fonds
L’information, internet, les médias, c’est l’ouverture aux autres et au monde. A force d’y voir la violence verbale, l’on pourrait avoir tendance à se recroqueviller sur soi. C’est le constat que fait la journaliste Isabel Beguin Correa qui nous propose un blog sur le principe de  : « Et si on faisait la paix ». Alors écoutons-la :

« Â«Â Quand j’étais petit il n’y avait pas d’arabes, de juifs ou de Noirs, il n’y avait que des copains »

Cette phrase lue sur Facebook  cet été m’a fait réfléchir. Je m’appelle Isabel Beguin Correa, je suis une journaliste de 29 ans et je ne reconnais plus le pays dans lequel j’ai grandi.

Cet été, j’ai vu des manifestations remplies de propos antisémites.J’ai vu des « morts aux arabes » sur des murs Facebook.J’ai voulu vomir devant tous ces éjaculateurs précoces du clavier qui pensent que toutes les opinions se valent. J’ai voulu supprimer tous ceux qui ne parlaient pas de paix. J’ai des amis proches qui ont été particulièrement touchés par tout cela. Dans la cour de récré je les aurais défendus.Face à autant de haine, je veux partir, fuir ce pays que je ne reconnais plus.Je veux me retirer de tout cela, éteindre les réseaux sociaux et ne plus voir cette France qui se déchire…

Et si on faisait la paix ? Si on décidait de revenir à cette phrase de cours de récré ? Cette phrase qui nous faisait oublier toutes les disputes. Je veux partir de là. Faire la paix. Entre nous, avec soi-même, avec son voisin et peut-être faire la paix avec la société.

vanessa palomaDans ce blog, je veux aller à contre-courant de ce système. Je veux parler de ce qui nous rassemble. Je veux décliner la PAIX sous toutes ses formes. »

et un premier article à découvrir sur « Vanessa Paloma, l’identité plurielle de la musique arabo-andalouse », une chanteuse qui, par sa propre histoire, relie nos continents..

http://multicolorisa.mondoblog.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *