Election des prud’hommes pêcheurs, les jeunes s’investissent !

Photo Jacques Isnard, Frédéric Autuori, pêcheur de Sanary
Frédéric Autuori, pêcheur de Sanary. Photo Jacques Isnard

Les élections des prud’hommes pêcheurs du Var se sont closes ce vendredi 19 décembre avec celles de Sanary et Bandol. Bonne nouvelle ! De jeunes pêcheurs ont investi les fonctions de prud’homme, secrétaire, trésorier… signe que l’institution reprend du poil de la bête et que, malgré les difficultés que rencontrent ces artisans, la profession fait preuve de dynamisme.

A Sanary, ce sont Frédéric Autuori (dérogataire car il n’a pas encore 30 ans), Cédric Bindewald et Victor Caci, respectivement aux fonctions de 4ème prud’homme, 3ème prud’homme et trésorier, qui assisteront Jean-Paul Mazella (1er prud’homme) et Jean-Michel Cei (2ème prud’homme). A Bandol, Bruno Bonnet (3ème prud’homme) assistera Antoine Casteldaccia (1er prud’homme) et Noël Lanusse (2ème prud’homme). Au Brusc, Steve Geneste (2ème prud’homme), Frédéric Agostinetti (3ème prud’homme) et Fabrice Archier (trésorier) accompagneront Eric Féraud (1er prud’homme) A Giens, Benoît Perrin est secrétaire aux côtés de Luc Coupez (prud’homme de Section), Pierre Morera est prud’homme des Salins d’Hyères, Pierre Pironneau est prud’homme de Hyères-Porquerolles… A la Prud’homie de La Seyne sur mer – St Mandier, Thierry Raut et Nicolas Blanc sont prud’hommes à St Mandrier tandis qu’Olivier Ranc et Jérôme Bargas sont prud’hommes à La Seyne sur mer, une belle équipe aux côtés de Didier Ranc qui reste premier prud’homme !

Au-delà du dynamisme attendu, c’est une nécessité pour l’Administration des Affaires Maritimes que les jeunes prennent des postes de prud’homme car le décret de 1859 est rédigé de telle manière qu’un ancien prud’homme est rééligible même s’il ne remplit pas toutes les conditions pour être électeur, comme celle d’être enrôlé un certain nombre de mois dans l’année par exemple (entre 6 et 9 mois selon les quartiers maritimes). Avec la diminution du nombre de pêcheurs dans certaines prud’homies, on pourrait arriver à des situations où aucun pêcheur ne serait éligible, ce qui entraînerait la disparition de la prud’homie. Ainsi, les 2 premiers prud’hommes de Bandol ont été réélus alors qu’ils ne pouvaient voter dans une prud’homie qui ne compte plus que 6 pêcheurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *